Aimer la vie que Dieu donne

Édito d'octobre 2019

Aimer la vie que Dieu donne

 

A mon entrée au Séminaire en 1982, un des premiers ouvrages qui m’est tombé sous la main à la bibliothèque, était l’encyclique de Jean-Paul II, Le Rédempteur de l’homme. Une phrase allait devenir comme une lumière dans ma formation et me poursuit encore aujourd’hui : « L’homme est la première route et la route fondamentale de l’Eglise ». Comme jeune de 18 ans, c’était un immense horizon qui s’ouvrait devant moi. Tout mon désir de servir, de m’engager pour la justice et la paix, le Christ l’accueillait et me proposait de le vivre à sa suite au service du Royaume de Dieu, Royaume de vie.

Trente ans après, mon désir de servir la vie se renouvelle par l’enseignement du Pape François qui ne cesse de rappeler au monde que « tout est lié » : la sauvegarde de la création, l’engagement pour la justice sociale et le respect de la vie humaine.

Aimer la vie et la servir, c’est alors offrir à chaque enfant un père et une mère et lui permettre de se structurer dans une relation d’altérité, selon les repères de la psychologie.

Aimer la vie, c’est respecter toute personne, mais également toute famille qui lui offre un cadre précieux.

Aimer la vie, c’est promouvoir l’égalité de l’homme et de la femme dans le respect des différences voulues par le Créateur.

La révision des lois sur la bioéthique dans les prochains mois semble être largement influencée par des intérêts de confort ou d’enrichissement et loin de la tradition humaniste et chrétienne qui a irrigué la vie des peuples en Europe.

 

Je salue la mobilisation des personnes qui participent aux manifestations pour les droits de l’enfant et contre sa marchandisation. Même si cette démarche est parfois stigmatisée comme réactionnaire, elle rappelle que le chrétien est aussi un citoyen et que ses convictions ont le droit d’être entendues au même titre que les autres.

J’invite tous les chrétiens à approfondir la réflexion sur la personne humaine à la lumière de la révélation biblique. Lors des Etats généraux de la bioéthique l’an dernier où de nombreux chrétiens se sont exprimés, les citoyens ont pu découvrir la pertinence de la réflexion chrétienne. Un récent document des évêques de France la résume ainsi : « Dieu a créé l’homme à son image et ressemblance pour se l’unir dans l’amour. Il en a fait une personne relationnelle comme Lui, il l’a créé beau, libre, apte à la vérité, constituant une seule famille interdépendante appelée à la fraternité » (Qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui ? Bayard, Cerf, Mame avril 2019).

 

J’encourage également les chrétiens à porter dans leur prière personnelle et communautaire, l’intention pour le respect de la vie et de chaque être humain. Demandons à l’Esprit de Dieu, Esprit de sagesse et de charité d’agir en nous et à travers nous afin que grandisse dans le monde la reconnaissance de la vie comme don de Dieu et avant-goût du ciel.

Mère Térésa en offrant sa vie pour les plus pauvres d’entre les pauvres, a perçu les enjeux de notre époque et peut réveiller nos consciences, comme le suggère cette méditation qui lui est attribuée : 

La vie est beauté, admire-la
La vie est félicité, profites-en.
La vie est un rêve, réalise-le.
La vie est un défi, relève-le.
La vie et un devoir, fais-le.
La vie est un jeu, joue-le.
La vie est précieuse, soigne-la bien.
La vie est richesse, conserve-la.
La vie est amour, jouis-en.
La vie est un mystère, pénètre-le.
La vie est une promesse, tiens-la.
La vie est tristesse, dépasse-la.
La vie est un hymne, chante-le.
La vie est un combat, accepte-le.
La vie est une tragédie, lutte avec elle.
La vie est une aventure, ose-la.
La vie est bonheur, mérite-le.
La vie est la vie, défends-la.

 

        

                                                                                                                             +  Vincent DOLLMANN

Archevêque de Cambrai

Article publié par Cathocambrai • Publié le Jeudi 17 octobre 2019 • 248 visites

keyboard_arrow_up