Homélie de l'ordination de quatre diacres permanents à Saint-Amand-les-Eaux

Ce samedi 19 novembre, Emmanuel Creusé, Géry Dufernez, Jean Malaquin et Jean-Claude Maréchal ont été ordonnés diacres permanents. Voici l'homélie prononcée à cette occasion par Monseigneur Vincent Dollmann.

« C’est moi qui vous ai choisis et établis, afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure » (Jn 15,16). Cet envoi des disciples et cette assurance de la fécondité de leur vie, Jésus l’assure à ses apôtres la veille de sa mort en croix. Notre vie et notre mission de disciples du Christ auront toujours à demeurer dans la logique de la croix.

La croix c’est l’école de l’humilité et de l’acceptation de notre pauvreté devant Dieu. Elle nous invite à porter un regard lucide sur nos existences et sur le monde : à côté de la beauté et du bien, il y également la souffrance et le mal. Ce sont toutes ces croix de l’injustice, de la souffrance et de la mort que Jésus a prises sur lui. S’adressant à des personnes en situation de précarité, le Pape François n’hésitait pas à affirmer : « Nous pouvons faire un christianisme un peu plus humain, sans croix, sans Jésus, sans dépouillement. Nous deviendrions des chrétiens de pâtisserie, une belle tarte, quelque chose de très doux ! Mais pas de vrais chrétiens ! » (Assise, octobre 2013).

En restant au niveau de l’émotion, voire du voyeurisme face aux situations de mal dans le monde, on peut désespérer de l’humanité et se décourager dans nos engagements au service du bien. Comme chrétiens, nous avons à éclairer les situations humaines par la croix de Jésus. Il les a rejoints toutes, même la solitude de la souffrance et de la mort pour y porter l’amour sauveur de Dieu.

"J'ai confiance en toi"

La croix de Jésus tout en révélant notre pauvreté et notre péché, nous invite à nous laisser aimer par Dieu pour qu’il puisse nous purifier, nous relever et nous permettre de demeurer en lui, Réagissant à la médiatisation d’actes répréhensibles dont des confrères évêques sont les auteurs, Benoit, un jeune professionnel m’écrivait depuis un rassemblement scout : « La force de la foi est encore et toujours à l’œuvre. Nous ne pouvons que nous tourner vers Jésus et lui dire : "J’ai confiance en toi" »

La croix que Jésus a accueilli librement par amour pour l’humanité est ainsi la seule clef pour une vie tournée vers la joie parfaite promise par Jésus. Et le diacre doit pouvoir humblement en témoigner. Le mot ‘diacre, serviteur’ indique d’abord un lien d’appartenance : un serviteur dépend d’un maître. Pour le chrétien, il s’agit de Dieu qui veut partager à l’humanité sa vie d’amour et de don. Le diacre par le témoignage d’une vie reçue entièrement de Dieu invite au décentrement de nous-mêmes pour laisser l’amour de Dieu et du prochain prendre la place dans nos vies comme Jésus lui-même l’a commandé à ses apôtres : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » (Jn 15,12).

La croix de Jésus nous entraine ainsi sur le chemin du service concret et quotidien. Parce qu’il a remporté la victoire sur le mal et la mort par sa croix, Jésus peut donner sens à tous nos combats même au cœur de la souffrance et des injustices. Il est ainsi heureux de voir le nombre de chrétiens engagés dans le monde de la santé que ce soit au niveau des soignants ou des visiteurs de malades. Grâce à eux et notamment à des religieuses de pays anglo-saxons se sont développé les soins palliatifs. Ces structures offrent aux malades incurables l’aide nécessaire pour atténuer la douleur, mais également un accompagnement humain et spirituel jusqu’au dernier souffle. Les soins palliatifs sont une réponse à la tentation de notre société à répondre aux situations de souffrance par l’euthanasie.

Le diacre est appelé à maintenir les membres de l’Eglise, laïcs et religieux, prêtres et évêques, sur le chemin du service à travers leurs responsabilités et leur devoir d’état. Réagissant à la révélation de nouveaux cas d’abus dans l’Eglise, Guénolé un autre jeune professionnel vient de m’écrire : « Ce n’est pas chrétien quand on efface la croix. Or cette réalité, il faut la regarder tous ensemble. Tous ensemble nous devons en prendre conscience pour travailler ensemble à la fin du cléricalisme sous toutes ses formes, clercs et laïcs ».

Merci à vous chers ordinands d’accueillir la grâce de l’ordination diaconale pour signifier le Christ Serviteur dans l’Eglise et le monde et pour aider les chrétiens à devenir des amis de la croix du Christ. Il en va du fruit précieux qui demeure à jamais, le salut que le Christ a porté au monde par le don de son amour.

Ordinations diaconales (Emmanuel Creusé, Guy Dufernez, Jean Malaquin, Jean-Claude Maréchal) Saint-Amand-les-Eaux le 19 novembre 2022.

 

Article publié par Service communication • Publié le Lundi 21 novembre 2022 • 310 visites

keyboard_arrow_up