Si tu savais le don de Dieu reçu à ton baptême

Message de Carême 2020 (publié le 19 février avant les mesures de restrictions liées au coronavirus)

L’année liturgique en cours, année A, nous permet d’entendre les passages d’évangiles choisis dès les premiers temps de l’Eglise pour accompagner les catéchumènes vers le baptême dans la nuit de Pâques. Aux deux premiers dimanches du Carême, nous entendrons les récits de la Tentation et de la Transfiguration selon l’évangile de Saint Matthieu. A partir du 3ème dimanche sont prévus les passages d’évangile en Saint Jean de la rencontre de Jésus avec la samaritaine, de la guérison de l’aveugle-né et de la résurrection de Lazare.

Nous pouvons ainsi mieux vivre ce temps de Carême en lien avec les catéchumènes de notre diocèse et du monde, avec une pensée particulière pour tous ceux qui demeurent dans la clandestinité dans les pays où la conversion au Christ est objet de persécution.

 

Vivre le Carême en lien avec les catéchumènes qui se préparent au baptême dans la nuit de Pâques

J’invite les prêtres et les accompagnateurs à permettre aux catéchumènes de vivre les étapes liturgiques prévues et à tous les baptisés d’en découvrir la beauté de la vie chrétienne.

Ainsi, le 1er Dimanche de Carême aura lieu l’appel décisif des catéchumènes que je présiderai à la Collégiale Saint Nicolas d’Avesnes-sur-Helpe. Le rituel prévoit la présentation des candidats et leur engagement devant l’évêque à se préparer au baptême pour Pâques.

Les 3ème, 4ème et 5ème dimanches sont prévus les scrutins pour accompagner les catéchumènes dans leur ultime préparation au baptême. Le terme « scrutin » est à rapprocher du verbe scruter, il s'agit pour les catéchumènes de laisser Dieu « scruter leurs reins et leurs cœurs » (Ps 138), de le laisser prendre lentement toute sa place dans leur existence. La liturgie prévoit pour chaque dimanche, une prière ainsi qu’une imposition des mains pour demander la disposition des cœurs au don de Dieu.

Durant cette période, est également prévu le rite des traditions ; il s’agit pour l’Eglise de transmettre aux futurs baptisés les trésors de sa vie de foi et de prière, à savoir le symbole de la foi (le Credo) et l’oraison dominicale (le Pater).

Pour le Credo, le texte est proclamé devant les catéchumènes, après la liturgie de la Parole, puis le célébrant prie sur eux. De même, pour le Pater, est proclamé devant eux, l’évangile de Matthieu au chapitre 6.

Et le Samedi Saint, sont célébrés les derniers rites préparatoires, notamment la reddition du Symbole de la foi où le catéchumène récite le Credo et le rite de l’Effétah où le célébrant touche les oreilles et les lèvres, en disant : « Effétah, ouvre-toi, afin que tu proclames la foi que tu as entendue pour la louange et la gloire de Dieu ». Ces rites peuvent être intégrés au temps de répétition de la liturgie du soir, permettant de rester dans un climat d’intériorité et de prière.

La vigile pascale est le moment approprié pour célébrer en communion avec l’Eglise universelle les sacrements de l’initiation que sont le Baptême, la Confirmation et l’Eucharistie. En lien avec le service diocésain du catéchuménat, j’insiste pour que ces trois sacrements soient conférés ensemble selon l’antique tradition commune aux chrétiens d’Orient et d’Occident. Pour un adulte qui accueille la vie du Christ ressuscité par le baptême, il doit pouvoir en témoigner avec la force et la sagesse reçues dans le sacrement de la confirmation et se ressourcer chaque dimanche en communiant au Christ, Parole de Dieu qui nous guide et Pain de vie qui nous soutient.

 

Vivre le Carême dans un esprit missionnaire

Je désire partager avec tous les chrétiens ma joie de voir l’Esprit-Saint à l’œuvre dans la vie des catéchumènes. Aux 77 qui se présentent à l’appel décisif dans le diocèse, il faut ajouter plus d’une vingtaine de collégiens et de lycéens qui se préparent également au baptême pour le temps de Pâques. Il s’agit d’accueillir leur cheminement dans la prière d’action de grâce et de laisser notre foi et nos engagements interpelés par leur cheminement.

Avec et pour les catéchumènes, nous avons à vivre le Carême en nous appuyant sur les trois œuvres de miséricorde que sont la prière, le jeûne et l’aumône.

Elles soutiennent notre mission baptismale de prêtre, prophète et roi à la suite du Christ. La prière soutient la fonction sacerdotale qui cherche à vivre un dialogue vivant avec le Seigneur dans toutes nos activités. Le jeûne soutient la fonction prophétique qui est l’annonce de l’Evangile par une vie plus libre par rapport aux soucis matériels et mieux ancrée en Dieu. Et l’aumône soutient la fonction royale qui est celle du service de la charité et de la justice.

Ce temps de Carême est une occasion d’expérimenter la joie du témoignage et du partage de notre foi au Christ. Si chaque chrétien pouvait inviter une personne qu’elle côtoie à un temps de prière ou de partage de la Parole de Dieu ou à une célébration liturgique notamment pendant la Semaine Sainte, notre Eglise diocésaine toute entière bénéficierait d’un surcroit de joie et de fierté d’appartenir au Christ.

Chers diocésains réjouissons nous du cheminement des catéchumènes vers le Christ et l’Eglise. N’hésitez pas à parler du catéchuménat autour de vous et à participer à des équipes d’accompagnement. Durant ce Carême, participez aux étapes liturgiques prévues pour les catéchumènes en vue de leur baptême. Et surtout, ayez une place dans votre prière pour eux.

 

Savoir estimer le don de Dieu et s’en réjouir

En redécouvrant grâce aux catéchumènes, la valeur inestimable du don reçu à notre baptême, nous vivrons dans la joie du Christ ressuscité et dans l’espérance de la communion bienheureuse avec Marie, Notre Dame de Grâce, avec les saints et tous ceux qui ont cherché sur cette terre à vivre de la foi et de la charité.

 

 

+ Vincent Dollmann

Archevêque de Cambrai

Article publié par Service communication • Publié le Mercredi 19 février 2020 • 538 visites

keyboard_arrow_up