La Vierge Marie, Mère de l'Église

Édito du 13 juin 2019

La Vierge Marie, Mère de l’Eglise

 

Depuis 2018, conformément à la volonté du Pape François, les catholiques fêtent la mémoire de Marie Mère de l’Eglise, le lundi de Pentecôte.

La Vierge Marie est considérée par tous les Chrétiens des différentes Confessions, protestants, orthodoxes et catholiques, comme un modèle de foi à imiter. Elle ne peut que nous rapprocher du Christ. Elle nous invite à regarder celui qu’elle ne cesse de regarder : le Christ.

Mais elle est encore davantage. Le Concile Vatican II affirmait qu’elle « coopère par son amour maternel à la génération et à l’éducation des croyants » (LG 63). Et le Pape Paul VI invitait ainsi les croyants à la vénérer comme la Mère de l’Eglise. Dès les premiers temps, les chrétiens n’ont pas manqué de se tourner vers elle, comme en témoigne une des prières remontant au 3ème siècle, le Sub Tuum, « A l’abri de ta tendresse, nous nous réfugions, ô Mère de Dieu… ».

 

Marie est Mère de l’Eglise en ce sens qu’elle a été associée au don du Christ sur la croix et introduite la première dans la vie de communion qui anime l’Eglise toute entière. Sur la croix, alors que le Christ allait sauver l’humanité du mal et de la mort, il s’est tourné vers Marie sa mère et Jean, le disciple qu’il aimait : « Femme, voici ton fils... Voici ta mère » (Jn19,25-27).

Cet accueil réciproque de la Mère de Jésus et du disciple manifeste le salut de Dieu et signifie qu’il est don de communion et de vie. Cette vie de communion dans laquelle Marie peut nous introduire, n’est autre que la vie en Eglise. D’ailleurs l’Evangile de Saint Jean situe l’événement de la Pentecôte au moment de la mort de Jésus, « il baissa la tête et remit son Esprit » (Jn19,30). Ainsi l’Eglise est déjà manifestée au pied de la croix, avec Marie et le disciple que Jésus aimait.

 

Marie est ainsi Mère de l’Eglise, parce que la première, elle a accueilli le don de la vie nouvelle pour les disciples du Christ et pour toute l’humanité. Comme à l’Annonciation pour la naissance du Christ, Marie joue un rôle actif dans la naissance de l’Eglise. Mère du Christ, elle est établie Mère de son Eglise, celle qui engendre les disciples du Christ à la vie nouvelle. Elle le fait discrètement comme jadis auprès des apôtres dans l’attente de la Pentecôte. Le Livre des Actes nous dit : « Tous d’un même cœur étaient assidus à la prière avec quelques femmes, dont Marie mère de Jésus et avec ses frères » (Ac1,14).

 

Marie, hier comme aujourd’hui ne cesse de soutenir l’Eglise pour qu’elle s’ouvre à la grâce de Dieu. Elle qui a vu du côté ouvert de Jésus jaillir l’eau et le sang, signes du baptême et de l’eucharistie, maintient l’Eglise dans la fidélité aux sacrements.

La Vierge Marie est également présente aux premiers pas de l’Eglise dans son annonce de la mort et de la résurrection du Christ. Elle même n’avait pas hésité à franchir les montagnes de Judée pour partager avec Elisabeth son bonheur de voir Dieu intervenir pour les hommes.

Marie sera encore aux côtés des disciples quand ils chercheront à vivre le partage fraternel. N’avait-elle pas gardé constamment le souci des autres comme en témoigne admirablement le récit des noces de Cana ?

 

La Prière, l’annonce de la foi et la communion fraternelle constituent les trois missions essentielles de l’Eglise. Elles garantissent la fidélité au Christ qui est le vrai priant, le porteur de la Bonne Nouvelle et le serviteur des hommes. Marie a non seulement montré l’exemple en suivant le chemin de son Fils, mais elle nous y introduit, et à ce titre elle est bien notre Mère.

 

+ Vincent Dollmann

Archevêque de Cambrai

 

 

 

 

Article publié par Cathocambrai • Publié le Lundi 24 juin 2019 • 250 visites

keyboard_arrow_up