Message de rentrée

en ce début d’année pastorale.

Dans le prolongement de la session de rentrée du Conseil épiscopal

(3-4 septembre 2020)

 

La page de l’épidémie de coronavirus n’est pas encore tournée, des mesures sanitaires strictes sont maintenues voire renforcées. Ainsi une récente suspicion d’infection de coronavirus d’un membre du personnel de la Maison de retraite Saint Jean-Marie Vianney a nécessité le rétablissement de mesures contraignantes de distanciation physique.

Comme dans les autres domaines de la société, il nous faut redoubler d’énergie et de créativité pour relancer les activités pastorales. Mais en tant que chrétiens, nous n’avons pas à compter uniquement sur nos propres forces ; le Seigneur lui-même nous rejoint pour nous éclairer par sa Parole et nous soutenir par son Esprit de sagesse et de force.

Durant les deux jours de session de rentrée du Conseil épiscopal, nous avons pris du temps pour prier ensemble et pour partager la relecture de nos missions dans le contexte actuel. Cette relecture me paraît indispensable durant le premier trimestre de la nouvelle année pastorale. Elle nous aidera à discerner les signes que Dieu nous fait en cette période de crise. Et plus largement, elle rappelle la nécessité de l’écoute de la Parole de Dieu et de l’adoration silencieuse avant la mise en œuvre des projets dans nos paroisses, services ou mouvements.

Durant les prochaines semaines, seront encore célébrés les sacrements de l’initiation chrétienne qui n’ont pas pu avoir lieu lors du confinement. Les célébrations réparties sur les messes dominicales permettent à un plus grand nombre de chrétiens de mesurer l’enjeu du catéchuménat et de la formation pour la vitalité de notre Eglise diocésaine.

Pour ce qui est du catéchuménat, le temps est venu de démultiplier les groupes et d’inviter largement les croyants à accompagner les catéchumènes vers les sacrements de l’initiation et la participation à la vie de l’Eglise. L’expérience des groupes d’accompagnement des candidats au diaconat permanent peut aider à créer cette dynamique plus communautaire.

En ce qui concerne la catéchèse des enfants et des jeunes, le Service diocésain fera des propositions pour soutenir la participation des familles et des proches.

Je vous rappelle que le Service est à l’origine de documents catéchétiques qui n’ont pas perdu de leur pertinence et que vous pouvez toujours vous procurer.

Je me réjouis de savoir que des propositions pour les jeunes comme les patronages, les écoles de prière ou les pèlerinages aient pu avoir lieu durant l’été. Cela me donne l’occasion de nous encourager à poursuivre l’attention au monde des jeunes et à leur participation à toutes les missions de l’Eglise. Je me réjouis d’avoir pu envoyer quatre d’entre eux en Propédeutique pour discerner leur vocation sacerdotale et se préparer à la formation en vue du ministère sacerdotal.

Depuis le 2 septembre dernier, M. Pierre Hego a succédé au P. Denis Lecompte dans la mission de chancelier. Il faudra désormais s’adresser à lui pour tous les documents officiels concernant la chancellerie. Le P. Lecompte poursuivra sa mission de curé de la paroisse de Carnières tout en habitant à l’archevêché. Cela lui permettra de rester mon interlocuteur avec l’économe M. Nicolas Fourest en cas de décès d’un prêtre.

Même si le contexte de crise ne nous permet pas de programmer toutes les activités habituelles, la période du confinement de mars-avril a manifesté la capacité d’adaptation et de créativité des chrétiens. Nous pouvons nous appuyer sur ces expériences. J’en profite pour renouveler mes remerciements aux prêtres, diacres et séminaristes qui ont épaulé les équipes de funérailles, aux membres des services et des mouvements qui ont poursuivi leur mission avec professionnalisme à travers les réseaux sociaux, aux membres des aumôneries du monde de la santé ou de la prison qui ont adapté leurs activités en fonction des directives, aux enseignants et aux catéchistes qui ont continué leur mission à distance auprès des jeunes, aux familles et aux communautés qui ont renforcé leur temps de prière et soutenu les personnes fragiles ou isolées, aux chrétiens qui ont maintenu les églises ouvertes pour la prière silencieuse. Vous rajouterez les personnes qui manquent dans cette liste. Elle fait apparaître le travail de l’Esprit-Saint dans ceux qui l’invoquent et s’appuient sur lui. C’est là notre espérance pour aborder avec confiance la nouvelle année pastorale.

La promesse du Seigneur ressuscité aux apôtres qu’il envoyait au monde, reste d’actualité : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 19-20).

Unis dans la foi au Christ, le maître et le compagnon de nos vies.

 

 + Vincent Dollmann

 Archevêque de Cambrai

 

Article publié par Service communication • Publié le Mercredi 09 septembre 2020 • 421 visites

keyboard_arrow_up