Lettre de voeux de Mgr Dollmann aux diocésains

Chers diocésains, chers amis,
 
Si l’année 2020 reste gravée dans nos mémoires comme celle de la pandémie de coronavirus, l’année 2021 s’ouvre avec l’espoir de voir la pandémie s’affaiblir grâce aux vaccins. Mais de nombreux défis sont à relever au niveau économique et social.
 
Le Pape François en a indiqué l’enjeu dans son encyclique sur la fraternité et l’amitié sociale (Fratelli Tutti, 3 octobre 2020). Dans son récent Message pour la journée mondiale de la Paix, le 1er janvier, il invite à vivre cette fraternité par une culture du soin vis-à-vis du prochain, particulièrement du plus fragile, comme vis-à-vis de la création tout entière. La crise sanitaire a d’ailleurs permis de percevoir l’importance des métiers de soin et de service ou encore le trésor des relations intergénérationnelles.
 
A côté de ces signes positifs, je désire cependant vous partager mon inquiétude quant au projet de loi sur la bioéthique qui sera débattu en deuxième lecture au Sénat dès le début de l’année 2021. Ce projet est en contradiction avec le désir des peuples, celui d’un monde plus fraternel et plus respectueux de la création. Il est en opposition avec les traditions religieuses qui reconnaissent que la vie est un don de Dieu et que la famille est la cellule de base de toute société. La précipitation pour l’adoption de telles lois me paraît inappropriée dans le contexte actuel de crise sanitaire et sociale.
 
En lien avec les évêques de France, je propose aux chrétiens et aux habitants du diocèse de Cambrai de se mobiliser durant quatre vendredis de suite. Les 15, 22, 29 janvier et le 5 février seront des journées de jeûne, de prière et de réflexion. Les paroisses, services et mouvements pourront faire des propositions adaptées, même très modestes. Pour ma part, durant ces quatre vendredis, je présiderai la messe à la cathédrale à 12h15. Elle sera précédée d’un temps d’adoration à partir de 10h.
 
Le Pape François conclut ainsi son Message pour la paix : « En ce temps où la barque de l’humanité, secouée par la tempête de la crise, avance péniblement à la recherche d’un horizon plus calme et serein, le gouvernail de la dignité de la personne humaine et la “boussole” des principes sociaux fondamentaux peuvent nous permettre de naviguer avec un cap sûr et commun » (La culture du soin comme parcours de paix, n.9).
Que la lumière d’espérance de la Nativité du Seigneur Jésus éclaire nos vies tout au long de l’année nouvelle. Que le Seigneur nous donne de la rendre bonne et sainte.
 
Cambrai, le 5 janvier 2021,
 
+ Vincent Dollmann
Archevêque de Cambrai
 

Article publié par Service communication • Publié le Mercredi 06 janvier 2021 • 536 visites

keyboard_arrow_up