Homélie : Vigile pascale 2019

Dans le tombeau vide, les anges proclament la première annonce de la résurrection du Christ en s’appuyant sur ces propres paroles : « Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’il soit crucifié et que, le troisième jour, il ressuscite ». Les femmes comme les apôtres sont déroutés et dépassés par cette annonce. Ils avaient pourtant entendu Jésus annoncer à plusieurs reprises sa mort et sa résurrection. Leur réaction est un indice de la réalité de l’événement ; ils avaient du mal à envisager la résurrection du Christ après sa mort humiliante sur le gibet de la croix. Mais leur réaction indique en même temps la nouveauté et l’inouï de cet événement ; il porte la signature du Dieu vivant.

Il est bon pour nous ce soir, de nous interroger sur l’écho de cette annonce deux mille ans après. Résonne-t-elle comme une annonce parmi d’autres que nous recevons avec plus ou moins de crédulité et d’attention ? Ou sommes-nous encore bouleversés par elle ? Vient-elle encore toucher notre cœur et interpeller notre intelligence ?

Les femmes et les apôtres se mettent tous en mouvement. Ils semblent effectuer des va-et-vient non seulement entre le tombeau et leur maison, mais aussi dans leur cœur entre la Parole de Dieu et leurs questionnements. Ils interrogent notre propre quête : sommes-nous encore animés par la soif de connaître et d’être libres ? Avons-nous encore le désir de trouver des réponses à nos pourquoi et de chercher un sens à notre vie ?

L’annonce de la résurrection du Christ vient éclairer cette quête : elle nous indique que Dieu a non seulement créé l’univers par amour et l’homme à son image, mais qu’il désire voir la création transfigurée et l’homme capable d’entrer en communion de vie et d’amour avec lui.

Bien plus, l’annonce de la résurrection du Christ nous fait déjà participants du monde nouveau. Comme l’affirme saint Paul, le sacrement du baptême nous unit au Christ Jésus et l’ensemble des sacrements de la vie chrétienne : la confirmation, l’eucharistie et le pardon nous permettent déjà d’être vivants pour Dieu en Jésus (Rm 6).

Nous tous quelle que soit notre situation sociale ou professionnelle, quel que soit notre âge ou notre état de vie, nous pouvons nous laisser nourrir par le Christ Ressuscité en écoutant sa Parole et nous laisser abreuver par lui en vivant des sacrements.

Merci aux catéchumènes qui se présentent ce soir pour recevoir les sacrements de l’initiation. Avec eux, nous voulons réveiller notre foi, nous laisser surprendre et entraîner par le Christ Ressuscité.

 

  + Vincent Dollmann

Archevêque de Cambrai

Article publié par Service communication • Publié le Mercredi 24 avril 2019 • 148 visites

keyboard_arrow_up