Honorer les martyrs de notre temps

Édito de mars 2020

Honorer les martyrs de notre temps

 

Cette année, le 25 mars, la Fondation catholique Aide à l’Église en Détresse a bien voulu organiser la veillée de prière pour les martyrs de notre temps en la cathédrale de Cambrai. C’est une occasion pour vivre concrètement notre lien à l’Église universelle. Nous aurons la joie d’accueillir non seulement les responsables de l’AED, mais également trois témoins de communautés persécutées, le Père Johnny Abu Khalil, curé de Taybeh en Terre Sainte, Sœur Julienne Nikiema de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame au Burkina Faso et Mgr Jaime Villarroel, évêque de Carupanao au Venezuela. La veillée nous donnera également d’expérimenter la grâce de la communion de prière. Elle fortifie la foi et la charité de toute l’Église afin qu’à travers elle, le Christ ne cesse d’offrir le pardon et la vie de Dieu au monde.

 

Cette veillée de prière permettra de renouveler notre propre mission de témoignage au Christ. Quand il l’évoque à ses disciples la veille de sa mort, il utilise le terme « martyre » qui désigne un engagement total et sans limites (Jn 15,27).  Être disciple du Christ n’est pas de l’ordre d’une adhésion plus ou moins forte à un ensemble de valeurs ou une participation plus ou moins ponctuelle à des actions caritatives et culturelles. Il s’agit ni plus, ni moins d’un choix radical et définitif du Christ.

Tout Chrétien est appelé au martyre. Certes tous n’auront pas à verser leur sang, même si Jésus l’évoque clairement et que de nombreux chrétiens versent leur sang aujourd’hui encore en raison de leur fidélité au Christ. Le Pape François n’hésite pas à le rappeler régulièrement en évoquant les situations à travers le monde : « Nous pensons à nos frères égorgés sur la plage en Libye, nous pensons à cet enfant brulé vif parce que chrétien, nous pensons à ces migrants jetés à la mer car chrétiens, ces Éthiopiens assassinés car chrétiens… » (21 avril 2015). 

À côté du martyre rouge, il y a également le martyre blanc, celui de l’engagement dans la vie consacrée. Le « oui » définitif à cette vocation proclame devant les hommes que l’amour de Dieu peut combler toute une vie. Le choix de la chasteté, de l’obéissance et de la pauvreté désencombre le cœur pour attester concrètement la primauté de cet Amour.

Une dernière voie du témoignage qui nous est commune à tous, est le martyre « vert », celui du temps ordinaire. Il se vit dans la fidélité à nos devoirs d’état et à nos missions.

 

L’appel du Christ au martyre et à ses différentes formes, n’est possible que par l’Esprit-Saint. Jésus le nomme d’ailleurs le « Paraclet ». Ce terme est traduit habituellement par « défenseur » pour évoquer sa mission de défense des croyants contre toute forme de mal, que ce soit l’égarement dans la foi ou le rejet du bien. Mais « paraclet » signifie également « consolateur », cette traduction souligne l’œuvre de l’Esprit-Saint qui nous garde en union profonde avec le Christ et dans le désir d’une vie de foi et de charité. Isaac le Syrien, au 5ème siècle, n’hésitait pas à écrire : « Laisse-toi persécuter, mais toi ne persécute pas. Laisse-toi outrager, mais toi, n’outrage pas. Laisse-toi crucifier, mais toi, ne crucifie pas ».

 

La Nuit des témoins correspond à la fête de l’Annonciation qui nous invite à méditer le cheminement de la Vierge Marie et à nous remettre à elle. Elle, qui a conçu le Christ dans sa virginité, qui l’a suivi lors de son ministère public et qui s’est unie à sa souffrance sur la Croix, a connu tous les aspects du martyre chrétien. Elle est assurément celle qui peut nous soutenir le mieux dans cette mission. Durant le Carême est d’ailleurs proposée l’antienne mariale Ave Regina coelorum, Salut, Reine des cieux, attribuée à saint Bernard. Elle nous invite à contempler la Vierge Marie dans la gloire du Ciel pour soutenir notre persévérance dans la foi vivante au Christ.

 

Salut, Reine des cieux !
Salut, Reine des Anges !
Salut, tige féconde !
Salut, porte du Ciel !
Par toi la lumière s’est levée sur le monde.

 

Réjouis-toi, Vierge glorieuse,
Belle entre toutes les femmes !
Salut, splendeur radieuse,
Implore le Christ pour nous.

 

+ Vincent Dollmann

Archevêque de Cambrai

 

 

Article publié par Cathocambrai • Publié le Dimanche 29 mars 2020 • 144 visites

keyboard_arrow_up